LIFE +

Utilisation de graphite ou biolubrifiants stabilisés par des surfaces actives conçues exprès pour le fluxage des transmissions et des groupes d’engrenages.

Histoire du projet
Les lubrifiants d’origine minérale ont un impact hautement négatif sur l’environnement. Par exemple, la production d’huile vierge de base demande 1 156 kg CO2/mg d’huile, par rapport aux 676 kg de CO2/mg d’huile recyclée (régénérée).

Étant donné que la demande d’huile lubrifiante au niveau mondial en 2010 arriva à 41.7 millions de tonnes environ, même la meilleure technologie disponible- régénération / recyclage – comporte toujours la production de plus de 28 millions de tonnes de CO2 par an.

Une alternative serait de remplacer les huiles lubrifiants minéraux avec des produits plus écologiques, tels que les lubrifiants à l’état solide, (ex graphite et talc), et "biolubrifiants", c’est-à-dire les huiles d’origine naturelle, extraites habituellement des récoltes, constituées de triglycérides. 

Objectifs du projet
L’objectif principal du projet est celui de démontrer la substitution complète des lubrifiants synthétiques pour le prétraitement des transmissions et engrenages, avec un lubrifiant en graphite à l’état solide et des biolubrifiants liquides. Le projet mettra en place un cycle de production qui garantira peu de déchets, réduira la consommation et la dispersion des lubrifiants tout en produisant un bas contenu de carbone. Le processus proposé comportera également le recouvrement du glycérol d’autres processus de production à utiliser comme solvant où suspendre les particules de graphite.

Ces objectifs seront atteints par une série de sous-projets qui serviront à définir la stabilisation réversible à long terme des biolubrifiants contre les attaques bactériens et fongicides; amélioration des propriétés rhéologiques des biolubrifiants; et réalisation d’un circuit fermé où les suspensions stables des poussières de graphite, au cas du glycérol récupéré, sont injectées dans les transmissions et successivement enlevées et recouvrées encore une fois avant l’insertion des biolubrifiants.

Le projet prévoit la construction d’une ligne de production pilote, où l’usage de ces lubrifiants porteront à une réduction moyenne de 4 tonnes/an de CO2 équivalent (correspondant a la production/régénération de 4000 litres/an d’huile minérale); l’élimination des composants nuisibles à la santé tels que les huiles minérales hautement raffinées ou les phosphates alkyliques de zinc et l’élimination de la pollution de l’environnement causée par les écoulements d’huile minérale.


Objectifs à atteindre:

• Substitution complète d’huiles synthétiques dans un processus de démonstration avec des biolubrifiants qui soient 70-100% biodégradables
• Recouvrement de 4000 litres/an de glycérol pour siège de fluxage
• Réduction d’émissions de CO2; réduction des émissions gazeuses grâce à la volatilité inférieure des biolubrifiants, ( -20%)
• Réduction de la consommation d’huile, en moyenne 60 litres par transmission par échange,
• Moins de pollution et huiles plus salubres, qui ne contiennent ni des huiles minérales nuisibles hautement raffinées ni des phosphates de zinc alkyliques
• Lubrifiants garantissant une plus longue durée, +20%, grâce à une stabilité thermique supérieure et
• moins de fuites de lubrifiant grâce à la plus basse volatilité des biolubrifiants et à la stabilité des hautes températures du graphite dans le gaz inerte.

Qu’est-ce que c’est "Life +"
LIFE + cofinance des activités environnementales dans l’Union Européenne et aussi dans les Pays Tiers (pays proposés comme candidats à l’adhésion à l’Union Européenne, les pays de l’AELE membres de l’agence européenne pour la défense de l’environnement, les pays des Balkans occidentaux intéressés par le processus de stabilisation et d’association) Les projets financés peuvent être proposés par des opérateurs, des organismes publics et privés ou d’institutions. LIFE + concerne trois différents sujets: "Nature et Biodiversité", "Politique et Gouvernance Environnementale " et "Information & Communication"

Argo Tractors, dont le siège est à Fabbrico (Reggio Emilia), produit des tracteurs sous les marques Landini, McCormick et Valpadana et fait partie du Groupe Industriel Argo. Argo Tractors triple ses volumes de production avec une croissance considérable en termes de résultats concrets:chiffre d’affaires 447 mil. Euro, 1,600 salariés, 3 sites de production, 8 filiales commerciales dans le monde, 130 importateurs à l’étranger et 2500 concessionnaires. Ces données ont permis aux marques Landini, McCormick et Valpadana d’être des acteurs majeurs du marché national et de jouer un rôle de première importance au niveau international, en confirmant la valeur d’une stratégie de succès dans le domaine d’une logique de groupe.

 

agricoltura di precisione

Utilizzando il sito, accetti l'utilizzo dei cookie da parte nostra. maggiori informazioni

Questo sito utilizza i cookie per fonire la migliore esperienza di navigazione possibile. Continuando a utilizzare questo sito senza modificare le impostazioni dei cookie o clicchi su "Accetta" permetti al loro utilizzo.

Chiudi